Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 29 juillet 2011

Cinq bonnes raisons d’avaler le sperme

Gros bol de fruits sur le bureau. Je visite mes sites favoris d’informations comme je le fais tous les matins. J’avale furtivement quelques morceaux de fruits lorsque je tombe sur « les vertus du sperme ». Un clic dessus me balance sur le titre « Cinq raisons d’avaler ». Mais non, je tiens à finir mon bol de fruits. Je décide de poursuivre la lecture….

« Jamye Waxman, éducatrice sexuelle, explique dans son blogue qu'avaler le sperme de son partenaire présente plusieurs points positifs. Un acte qui repousse de nombreuses femmes, au grand dam de plusieurs hommes ! » Beuurrrrkkkk!

Le cœur me lève, je cours aux toilettes… Je reviens devant l’ordinateur. Plus capable de regarder mes beaux morceaux de mangue, poire, kiwi, raisin et clémentine. Comme si cinq gars s’étaient réunis pour shooter dessus leur semence aux vertus apparemment éprouvées. Je balance le tout à la poubelle. C’est quoi donc ces maudites vertus du jus de mon mari?

1- Le sperme rend de bonne humeur. Selon une étude, les hormones présentes dans le sperme, soit l'œstrogène et la testostérone, rendent les femmes plus heureuses lorsque leur partenaire éjacule pendant la pénétration. Alors pourquoi le même principe ne s'appliquerait pas pour le sexe oral, se demande l'experte.

2- Le sperme serait bénéfique contre le diabète et le mal de gorge, selon des recherches.

3- Le sperme peut avoir bon goût. Tout dépend de ce que Monsieur a mangé avant. On évite les asperges. Mais on se régale de melon d'eau, de céleri ou encore de canneberges.

4- Le sperme est peu calorique, avec 20 petites calories par cuillérée à café.

5- Un peu de sperme sur la peau serait même bénéfique pour l'épiderme et agirait comme un masque, riche en protéines!


Avaler? Recracher? Ou laisser le sperme à l'air libre? L'idée vous dégoûte-t-elle? Le faites-vous pour faire plaisir à votre homme? Sentez-vous une pression de votre partenaire? Des internautes ont répondu .

Non, je n’achète pas. Nada, niet, je n’avale pas! Les affaires du pays-bas doivent rester au pays-bas. Si c’est si ce vertueux que ça, le nectar de l’homme, que celui-ci commence par s’en gaver lui-même. La charité bien ordonnée n’est-elle pas supposée bénéficier d’abord à soi-même?

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Albert Fumier a étudié la question :
http://lenouveaumonstre.blogspot.fr/2013/04/lettre-ouverte-aux-deux-sexes-n6-albert.html